Conseil scientifique

Joanna_Allan

Joanna ALLAN

Post-doctorante en études hispaniques

Joanna ALLAN enseigne actuellement les Etudes hispaniques à l’Université de Durham (Royaume-Uni), où elle assure notamment un cours sur la poésie de la « Génération de l’Amitié », groupe de poètes sahraouis hispanophones.

Elle vient de soutenir sa thèse de doctorat sur la question du genre et de la résistance aux régimes autoritaires au Sahara Occidental et en Guinée équatoriale.

Elle préside le réseau Western Sahara Resource Watch (WSRW) et milite au sein de la solidarité avec le peuple sahraoui depuis 2007.

Enrique_Bengochea_Tirado

Enrique BENGOCHEA TIRADO

Post-doctorant en histoire

Enrique BENGOCHEA TIRADO est un historien formé à l’Université de Valencia, s’intéresse aux politiques coloniales du genre dans l’histoire espagnole, et plus spécifiquement au rôle de la Section Féminine de la Phalange Espagnole dans la colonisation du Sahara Occidental.

Il vient de soutenir sa thèse de doctorat intitulée Políticas Imperiales y Género. La Sección Femenina en la Provincia de Sahara (1961-1975). Il a été membre de la direction du Foro de Investigación del Mundo Árabe y Musulmán, du Colectivo de Estudios Culturales, a été l’éditeur de la revue Eclèctica et du Grup d’Estudis Històrics sobre les Transicions i la Democràcia. https://uv.academia.edu/EnriqueBengochea

Tara_F_Deubel

Tara F. DEUBEL

Maître de conférences en anthropologie

Tara F. DEUBEL est anthropologue (anthropologie culturelle), en poste à l’Université de South Florida.

Elle conduit des recherches depuis 2006 auprès de communautés sahraouies installées au Maroc, au Sahara Occidental, en Mauritanie et en Algérie. Ses recherches explorent la performance musicale et poétique sahraouie en hassâniyya, la conservation du patrimoine culturel sahraoui, la mémoire collective, le pastoralisme nomade, la question du genre et du leadership féminin, la question de l’identité chez les jeunes, les droits de l’homme et l’activisme numérique.

Elle a co-édité l’ouvrage Saharan Crossroads: Exploring Historical, Cultural and Artistic Linkages between North and West Africa (Cambridge Scholars Publishing, 2014).

Juan_Carlos_GIMENO_MARTIN

Juan Carlos GIMENO MARTIN

Professeur d’anthropologie

Juan Carlos GIMENO MARTIN est professeur d’anthropologie et dirige actuellement le Département de Antropología Social y Pensamiento Filosófico Español à l’Université Autonome de Madrid.

Il a conduit des travaux de terrain en Espagne, au Mexique, au Guatémala, au Nicaragua, à Cuba et au Sahara Occidental. Sur ce dernier terrain, entre autres travaux, il a publié en 2007, Transformaciones socioculturales de un proyecto revolucionario: la lucha del pueblo Saharaui por la liberación (http://www.globalcult.org.ve/monografias.htm);  et en collaboration avec Francesco Correale, il a édité Sahara Occidental: mémoires, culture, histoires, aux Cahiers de l’Emam, en 2015.

Fotocurr

Larosi HAIDAR ATIK

Professeur de traduction et d’interprétation

Larosi HAIDAR ATIK est professeur de traduction et d’interprétation à l’Université de Grenade, en Espagne. La ligne de ses recherches est circonscrite de manière générale dans le domaine des sciences humaines, bien que la plupart de ses travaux se concentrent sur la traduction et la culture sahraouie sous différents angles. Parmi ses travaux liés au Sahara Occidental, on peut citer les Contes Sahraouis. Traduction et approche du récit animalier (Idea, 2008), où il réalise une radiographie de la nouvelle sahraouie à travers l’étude et la traduction d’histoires animalières. Dans son édition, Trois amours arabes. Approche de l’amour à Al-Andalus, au Maroc et au Sahara occidental (Idea, 2013), il consacre un chapitre de son ouvrage à la poésie féminine sahraouie, plus spécifiquement au genre Tabraa.

Il présente en 2015 et pour la première fois une traduction complète en espagnol du classique de Vieuchange, Ver Smara y morir (Laertes, 2015), précédée d’une étude traductologique de contextualisation. Il a également publié une traduction annotée du premier recueil de géographie du Sahara occidental rédigé en arabe par un Sahraoui. C’est l’œuvre de Buchar Ahmed, Géographie du Sahara occidental (Last Line, 2016). En collaboration avec le professeur d’histoire, Manuel De Paz Sánchez, il publie Río de Oro (Idea, 2018), un recueil de textes journalistiques du XIXe siècle reflétant la vision alors défendue des habitants du Sahara occidental.

Alberto_LOPEZ_BARGADOS

Alberto LOPEZ BARGADOS

Professeur en anthropologie

Alberto LOPEZ BARGADOS, Professeur au Dpt. d’Anthropologie Sociale de l’Université de Barcelone. Sa thèse doctorale, soutenue en 2001, a été publiée sous le titre Arenas coloniales.

Los Awlad Dalim ante la colonización franco-española del Sahara (Bellaterra, 2003). Il est l’éditeur de l’ouvrage collectif Cultures du Littoral. Dynamiques frontalières entre les Canaries et la côte saharo-mauritanienne (Bellaterra, 2010).

Il est aussi l’auteur de nombreux articles et a participé à plusieurs projets d’envergure internationale concernant la présence espagnole dans la région côtière du Sahara. Actuellement, il développe une recherche sur la production des mémoires liées à l’expérience coloniale espagnole en Afrique du Nord-Ouest, notamment dans la région d’Ifni.

Jacob_MUNDY

Jacob MUNDY

Maître de conférences en Peace and Conflict Studies

Jacob MUNDY est Maître de conférences en Peace and Conflict Studies à l’Université Colgate, où il intervient également dans le champ des études sur l’Afrique et le Moyen-Orient.

Il est titulaire d’un doctorat de l’Institut d’études arabes et islamiques de l’Université d’Exeter. Il a conduit des recherches en Algérie, en Libye, au Maroc et au Sahara Occidental (territoires occupés et camps de réfugiés).

Ses principaux sujets de recherche concernent les conflits armés et les interventions internationales en Afrique du Nord-Ouest. Ses travaux sur le Sahara Occidental ont minutieusement analysé l’émergence du nationalisme sahraoui et les réponses étrangères au conflit entre le Maroc et le Front Polisario, et en particulier le rôle du gouvernement américain dans son règlement.

Raquel_OJEDA_GARCIA

Raquel OJEDA GARCIA

Professeure en science politique et administration

Raquel OJEDA GARCIA enseigne la science politique et l’administration à l’université de Grenade en Espagne. Ses principaux champs d’investigation sont la décentralisation au Maroc, le conflit du Sahara Occidental, le système politique et la gouvernance publique en Mauritanie.

Elle assure des enseignements en Management public et sur les systèmes politiques du Maghreb. Elle est impliquée dans différents réseaux de recherche : le Forum espagnol pour les chercheurs sur le monde arabe et musulman (FIMAM), la Task Force on Western Sahara of Search for Common Ground (SFCG), le Centre international de Tolède pour la Paix (CITpax), le Panel d’experts sur le Maghreb et le Moyen-Orient de la Fundación Alternativas Observatoire de la politique étrangère espagnole (OPEX).

Elle a récemment publié avec Irene Fernández Molina et Victoria Veguilla del Moral (eds.), Global, Regional and Local Dimensions of Western Sahara’s Protracted Decolonization: When a Conflict Gets Old (Palgrave MacMillan, New York), et avec Isaías Barreñada (coord.), Sahara Occidental, 40 años después (La Catarata, Madrid).

Ruiz Miguel

Carlos RUIZ MIGUEL

Enseignant-chercheur en droit constitutionnel

Carlos RUIZ MIGUEL enseigne le droit Constitutionnel depuis 2001 à l’Université de Saint-Jacques de Compostelle (USC) dans le département « Théorie de l’Etat et Droit public ». Il est également directeur du Centre d’études universitaires du Sahara occidental de Saint-Jacques-de-Compostelle et professeur Jean Monnet de la Commission européenne. Spécialiste du droit européen, des droits fondamentaux et des relations internationales en Afrique du Nord, il est auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont beaucoup traitent de la question du Sahara occidental. Il a dernièrement co-écrit l’ouvrage Le Sahara occidental. Livret juridique. 15 déclarations de base sur le conflit.

Il est l’auteur de nombreux articles publiés dans des revues scientifiques en plusieurs langues, et différents papiers présentés lors de congrès, journées, cours et séminaires, traitant notamment des droits humains au Sahara Occidental et de la responsabilité internationale.

Vivian_SOLANA_MORENO

Vivian SOLANA MORENO

Post-doctorante en anthropologie

Vivian SOLANA MORENO est titulaire d’un doctorat du Département d’anthropologie et de l’Institut d’études sur le genre et les femmes de l’Université de Toronto. Sa thèse a porté sur les formes de travail féminin en tant que supports et moteurs de la lutte politique pour la décolonisation du Sahara Occidental.

Centrée sur les femmes et la jeunesse – des groupes clés pour la reproduction du nationalisme révolutionnaire sahraoui –, sa recherche examine comment ces éléments ont à voir avec les contradictions produites par les nouvelles conditions de vie socioéconomiques depuis 1991, après que le processus de paix médiatisé par les Nations unies ait inscrit la lutte des Sahraouis dans ce qu’elle décrit comme un entre-temps colonial.

Son travail est situé au croisement d’une anthropologie des transformations sociopolitiques et des études sur le genre.

Victoria_VEGUILLA_DEL_MORAL

Victoria VEGUILLA DEL MORAL

Professeure de science politique

Victoria VEGUILLA DEL MORAL est Professeure de sciences politiques à l’Université Pablo de Olavide, Séville.

Ses principaux domaines d’études sont les mouvements sociaux, les processus électoraux organisés par l’Etat marocain dans les territoires occupés du Sahara Occidental et les politiques de développement menées dans les villes du Sahara Occidental (politique de pêche, d’habitat, …).

Parmi ses principales publications figurent : “Social protest and nationalism in Western Sahara: struggles around fisheries and housing in El Ayun and Dakhla” (2016), “Changes in Moroccan Public Policies in the Western Sahara and Internacional Law: Adjustments to a New Social Context in Dakhla” (2017), “Transformaciones demográficas y competición política: obstáculos al autogobierno saharaui en clave electoral” (2013) et “Le Sahara sous l’angle de la politique de la pêche. Le cas de Dakhla” (2011).

Alice_WILSON

Alice WILSON

Lectrice en anthropologie sociale

Alice WILSON enseigne actuellement l’anthropologie sociale à l’Université de Sussex, Grande-Bretagne. Ses recherches explorent les relations entre pouvoir étatique, souveraineté et révolution à travers le cas des camps de réfugiés sahraouis en Algérie. Dans son ouvrage Sovereignty in Exile: A Saharan Liberation Movement Governs (University of Pennsylvania Press 2016), elle s’appuie sur un long terrain ethnographique auprès de familles des camps de réfugiés sahraouis pour examiner les aspirations, les compromis et les dilemmes provoqués par la tentative d’inventer une autorité étatique dans l’exil.

Retraçant les vicissitudes des relations sociales tribales dans le temps, elle analyse la façon dont les communautés de réfugiés sahraouis font face au rationnement et aux marchés locaux, aux inégalités sociales (anciennes et nouvelles), aux  reconfigurations politiques (élections), aux réformes juridiques et fiscales portées par le gouvernement sahraoui en exil. Ses recherches s’intéressent également aux questions migratoires, à l’alliance matrimoniale, à la légitimité politique et à la propriété. Pour plus de détails sur ses travaux, voir : www.alicewilson.com

Back to Top